10 astuces pour améliorer votre workflow CNC

1/ Ne soyez pas pressé

90% des erreurs d’usinage que nous réalisons à l’atelier sont dû à un manque d’attention : même en étant expérimenté, l’urgence nous fait régulièrement oublier certaines vérifications de dernière minute. Ce conseil très simple peut pourtant vous faire gagner énormément de temps (et d’argent si on compte le gaspillage de matière lors d’usinages ratés) : prenez votre temps et vérifiez votre fichier et votre installation. 

2/ Calculez vos feeds & speeds

Chaque fois que vous démarrez avec un nouveau matériau ou une nouvelle opération, effectuez d’abord vos calculs de feeds & speeds. Cela vous permettra d’avoir une valeur de référence pour commencer à travailler cette nouvelle matière. Ensuite, soyez conservateur, puis poussez votre machine au fur et à mesure que vous maitrisez l'opération. Vous ferez alors moins d’erreurs et serez capable de tirer le meilleur des capacités de votre machine. 

Il existe des logiciels de calcul de feeds & speeds qui peuvent vous faciliter la tâche. Pour en savoir plus sur le rôle des différents paramètres dans votre découpe, référez-vous à   notre article qui parle du sujet.

3/ Choisissez le martyr qui vous convient le mieux


Il existe de nombreuses manières de fixer ses pièces sur une fraiseuse numérique, tantôt plus ou moins flexible, tantôt plus ou moins rapides. Prenez le temps d'expérimenter plusieurs systèmes de martyr et de fixation jusqu’à trouver celui qui vous convient le mieux. Cela vous permettra de l’avoir en tête lors du design de vos pièces et vous fera gagner un temps précieux. 

Jetez un œil à notre article sur les martyrs pour en savoir plus sur le sujet.

Notre setup préféré est composée d’une grille d’inserts filetés, insérés dans un martyr en bois surfacé. Nous avons réalisé un  tutoriel vidéo  pour réaliser le vôtre.

4/ Apprenez les bases du G-code


Bien qu’il ne soit plus aujourd’hui nécessaire de contrôler sa machine manuellement en lui injectant des lignes de code, connaitre les bases du G-code vous permettra de la maitriser en profondeur en la contrôlant directement depuis votre logiciel de contrôle. Vous pourrez également vous repérez dans les nombreuses lignes de codes d’un fraisage si vous avez dû vous arrêter en cours de route, ou encore repérer une erreur afin de la corriger. Vous pouvez en apprendre plus sur le G-code dans notre  article dédié.

5/ Maitrisez vos logiciels CAO et FAO en profondeur


Il est assez facile de maitriser les bases d’un logiciel CAO/FAO tel que Fusion360. En moins d’une semaine et sans connaissances préalables, vous pouvez être capable de dessiner des pièces simples en 3D et de générer les fichiers de fraisages permettant de les fabriquez.   

Mais gardez en tête que ces logiciels sont extrêmement puissants et vous permettent de manière presque infinie d’optimiser votre temps de fraisage, d’améliorer vos finitions ou encore de décupler les possibilités de votre machine. Ne vous reposez pas sur vos lauriers et prenez le temps d’en apprendre toujours puis sur ces logiciels. 

Notre conseil : en parallèles de vos travaux, prenez le temps de vous mettre un nouvel objectif par semaine afin de tester de nouvelles fonctions.  

6/ Explorez votre logiciel de contrôle  


Le logiciel de contrôle de votre machine peut également être très puissant et regorger d’options qui vous faciliteront la tâche.   

PlanetCNC comporte par exemple un importateur de fichier DXF en direct, vous permettant de passer directement d’Illustrator à un fraisage sans devoir passer par un logiciel FAO. Il comporte également des options accélérant la réalisation de séries. L’interface graphique comporte également de nombreuses options de contrôle de vitesse ou de réglages qui peuvent être utiles. 

Prenez le temps de lire la documentation associée et d’affiner votre connaissance du logiciel. 

7/ Nettoyez votre machine


Dans la liste des conseils évident, celui-ci arrive en tête. Pourtant, il est facile de repousser le nettoyage de sa machine après un fraisage réussi. Un bon entretien vous permettra cependant de conserver la précision de votre machine plus longtemps et de repérer à temps certains problèmes. Il vous permettra également de démarrer votre prochain fraisage en toute tranquillité. 
Pour bien entretenir votre machine, pensez à : 
Évacuer la poussière et les copeaux des patins et vis à billes ;
Graisser les patins de temps en temps ;
Vérifier qu’aucun câble n’est coincé ;
Vérifier que les coupleurs des moteurs sont bien serrés ;
Vérifier que les limites inductives sont bien serrées ;
Dépoussiérer votre boitier de contrôle ;
Souffler votre clavier et écran ;

8/ Choisissez la mèche appropriée


Chaque matériau ou opération nécessite une fraise appropriée, que vous vouliez faire de la découpe, de la gravure, du taraudage ou encore du surfaçage. Assurez-vous d’utiliser une fraise dédiée à la matière et à l’opération que vous comptez effectuer. 

Essayez également d’optimiser votre temps de travail : 
Soit en utilisant une unique mèche pour l’entièreté de votre travail afin d’éviter de devoir changer d’outil ;
Soit justement en dégrossissant votre travail et en changeant de mèche pour les finissions si vous avez besoin d’une extrême précision.

9/ Fournissez-vous en mèches de qualité


Attention, si vous débutez, vous allez casser des fraises, c’est inévitable. Ce conseil ne s’applique donc qu’à partir du moment où vous avez fait vos armes et que vous maitrisez un minimum le fraisage.   

Bien qu’il soit tentant de se fournir en fraises bon marché sur Aliexpress (on ne va pas mentir, on l’a fait régulièrement), c’est rarement un pari gagnant : on finit par rater des fraisages, changer de fraises très régulièrement voire même d’avoir des fraises dont les paramètres ne sont pas rigoureusement exacts (et une petite variation de la longueur de flute peut rapidement faire toute la différence).   

Assurez-vous d’avoir des fraises avec de bonnes références et fabriquées dans des matériaux résistants. 

10/ Évacuez vos copeaux


Bien qu’il y ait relativement peu de problèmes liés à l’évacuation des copeaux lorsqu’on coupe du bois, une bonne évacuation devient cruciale dès qu’on s’attaque à des matériaux tels que des plastiques ou des métaux. Une fraise qui recoupe dans des copeaux - et les fait fondre - est l’une des principales cause de casse d’outils en fraisage. Équipez-vous donc d’un système d’évacuation des copeaux adapté :   
Un dust shoe et un aspirateur si vous travaillez avec du bois ; 
Un système de soufflerie et un compresseur + éventuellement du liquide de coupe si vous travaillez avec des métaux ;
Partager ce poste
Se connecter pour laisser un commentaire.
Comment réaliser un martyr parfait